Disparition de la comédienne Claude Gensac, épouse attitrée de Louis de Funès au cinéma

L'actrice Claude Gensac, qui a tourné plus d'une centaine de films dans sa carrière, est décédée dans son sommeil, dans la nuit de lundi à mardi, à l'âge de 89 ans.

« Elle a tourné jusqu'au bout », a tenu à souligner son fils, Frédéric Chemin, né du deuxième mariage de la comédienne avec le pilote automobile Henri Chemin. Passionnée par son métier, Claude Gensac était encore récemment à l'affiche au cinéma, de Elle s'en va d'Emmanuelle Bercot (2013), avec Catherine Deneuve, et de Lulu femme nue de Solveig Anspach (2013), ainsi que de Baden Baden de Rachel Lang en 2016. Ce mardi soir, Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a tenu à adresser ses condoléances à sa famille et à ses proches.

« Claude Gensac avait démarré sa carrière au théâtre, interprétant aussi bien Corneille que Claudel ou Giraudoux, mais elle reste associée dans la mémoire collective à Louis de Funès, dont elle fut la malicieuse et imperturbable épouse au cinéma, un couple inoubliable et cher au coeur de millions de Français. Ces dernières années, sur scène comme à l'écran sa vivacité et son piquant continuaient de faire merveille », déclare la ministre dans un communiqué.

Claude Gensac était née le 1er mars 1927 dans l'Oise, près de Paris. À la fin de l'adolescence, alors qu'elle a décroché son baccalauréat, sa mère, qui rêvait d'être actrice, l'inscrit au cours Simon afin qu'elle prépare le Conservatoire. Elle réussit le concours d'admission et sort en 1947 avec le deuxième prix de tragédie. Elle rencontre aussi celui qui va devenir son premier mari, Pierre Mondy.

Elle débute au cinéma en 1952 dans La Vie d'un honnête homme de Sacha Guitry. Louis de Funès y joue le rôle d'un valet... Bien plus tard ce dernier, devenu le plus grand comique du cinéma français après les vaches maigres du début, demandera toujours aux réalisateurs, sur les conseils de sa femme Jeanne, de choisir Claude Gensac. Le grand public se souviendra qu'elle était celle que de Funès appelait affectueusement «Ma Biche» dans les Gendarmes de Saint-Tropez.

Dans une biographie écrite en 2007, cette actrice au jeu subtil avait salué, et en même temps regretté, la figure tutélaire exercée sur sa carrière par Louis de Funès. Le titre de ses Mémoires Ma Biche... c'est vite dit, aux éditions Michel Lafon, résumait bien le recul étonnant qu'elle avait sur sa carrière.

Le monde du 7e art qui connaissait son talent sut réparer l'image réductrice dans laquelle Claude Gensac avait été enfermée. À la fin des années 2000, elle va connaître une renaissance avec la série Sous le soleil en 2005, puis la série Scènes de ménages, à partir de 2012.

En 2015, l'Académie des César la nomme dans la catégorie de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa touchante composition dans Lulu femme nue, le film de Solveig Anspach. Cette année-là, elle fêta ses 88 ans. La Biche prit sa douce revanche.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.