FN : L’assistant de Louis Aliot au Parlement européen rémunéré 31.000 euros pour un sms

Laurent Salles a été l'assistant du vice-président du Front national, au Parlement européen entre juillet 2014 et février 2015. Il a été payé 31.000 euros pour ses bons et loyaux services. Mais ceux-ci posent question car pendant son contrat, il n'aura envoyé en tout et pour tout qu'un sms à son patron.

Les enquêteurs chargés de faire la lumière sur les soupçons d'emplois fictifs d'assistants Front national au Parlement européen ont dégagé un nouvel élément, comme le rapporte L'Obs. Parmi la vingtaine de cas examinés, celui de Laurent Salles interroge. Celui-ci a été assistant parlementaire du député européen Louis Aliot, vice-président du Front national et compagnon de Marine Le Pen, entre juillet 2014 et février 2015. Laurent Salles a gagné 31.000 euros dans cet intervalle. Problème, la réalité de ce travail ne repose pour le moment sur rien de concret... Ou presque.

En effet, en ce qui concerne les échanges entre Laurent Salles et Louis Aliot, les policiers n'ont pu retrouver qu'un seul sms pour toute la durée du contrat de Laurent Salles. Le texto a été envoyé le 5 septembre 2014 à 14h38. Il n'y a en revanche pas trace d'e-mail ou de lettre entre les deux hommes. Alors que ni Louis Aliot, ni Laurent Salles n'ont été pour le moment entendus par la police, le vice-président du Front national a dit que le second était "en charge de son agenda", ce que confirme d'ailleurs le contrat de travail établi auprès du Parlement européen.

Mais outre la communication inexistante entre le salarié et son supérieur officiel, d'autres éléments apportent le trouble. Tout d'abord, lors de sa dernière semaine de contrat en tant qu'assistant parlementaire, la "badgeuse" du siège du Front national indique que Laurent Salles a pointé tous les jours dans les locaux de cette famille politique, entre 9h et 23h. Louis Aliot, dans le même laps de temps, n'y passait lui que deux journées.

Le siège du FN a également intéressé le Parlement européen dont les services ont mené leur enquête. Ils ont constaté que "l'adresse du lieu de travail" déclaré pour Laurent Salles se situait au siège du Front national, soit un emplacement "très éloigné de la circonscription de M. Aliot" à Perpignan.

Enfin, Laurent Salles exerçait d'autres activités en parallèle de son travail supposé au Parlement européen. Il était ainsi conseiller municipal de Suresnes (Hauts-de-Seine), et était également l'assistant de Yann Maréchal-Le Pen, fille de Jean-Marie Le Pen et mère de Marion Maréchal-Le Pen à la délégation générale des grandes manifestations du parti. Avant et après la période couverte par son contrat au Parlement européen, Laurent Salles a d'ailleurs été rémunéré par le Front national.

Réaliser des "économies importantes grâce au Parlement européen"

Cette nouvelle information transpire quelques jours après qu'un document rédigé par Wallerand de Saint-Just, trésorier du Front national, en date du 16 juin 2014, a été porté à la connaissance du public par la presse. Dans ce texte adressé à Marine Le Pen, Wallerand de Saint-Just évoquait la nécessité de réaliser des "économies importantes grâce au Parlement européen" pour que les finances du mouvement puissent "s'en sortir".

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.