Hommage à Michel Galabru, qui s’est éteint ce lundi matin à 93 ans.

Les projecteurs qui illuminaient ce ­monument de notre ­cinéma et de notre théâtre se sont éteints, mais sa stature imposante et débonnaire se découpera encore longtemps dans nos mémoires. Son accent ensoleillé, sa faconde, son sens du comique et son instinct de la tragédie l’ont hissé à ces sommets où seuls les plus grands talents demeurent éternels.

Derrière son masque de comique, le célèbre gendarme de Saint-Tropez, cachait à peine son âme de grand sensible. Une larme de rire et une autre de tris­tesse toujours au coin des yeux.

Marié à deux reprises et père de trois enfants, Michel Galabru avait publié en 1996 un livre de souvenirs, Je l’ai perdue au 18. En 2006 dans « Pensées, répliques et anecdotes », il écrivait : « Je suis pour le mariage homosexuel. Je ne vois pas pourquoi on devrait épargner quelqu’un parce qu’il est homo ! »

Très affecté par les décès successifs de son frère et de son épouse, le comédien avait dû annuler en novembre dernier les représentations de la pièce autobiographique «Le Cancre», dans son théâtre parisien, le Montmartre-Galabru.

Les films et les pièces qu’il nous laisse ont de quoi remplir toute la palette des sentiments humains. Du rire dans tous ses éclats, aux larmes dans toute leur pudeur, Michel Galabru nous aura offert tant de bonheurs, petits ou immenses. Bien après que les derniers projecteurs seront éteints et que les ­rideaux seront baissés, comme pour un ultime salut. Qu’il ait été le jovial adjudant-chef Gerber dans « Le gendarme de Saint-Tropez » ou l’inquiétant Bouvier du « Juge et l’assassin », l’inoubliable « Papy fait de la Résistance » ou l’inqualifiable Monglat, le collabo d’« Uranus », Galabru savait comme ­personne faire d’un personnage un rôle culte, transformer le banal en grandiose.

Michel Galabru sera inhumé à Paris dans la plus stricte intimité mardi 12 janvier, après une cérémonie à 10h30 en l'église Saint-Roch dans le 2e arrondissement. Décédé lundi matin à 93 ans, le comédien sera enterré au cimetière Montmartre dans le 18e arrondissement.

Michel Galabru dans « Pensées, répliques et anecdotes » : « Je suis pour le mariage homosexuel… »

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.