Le légendaire poète, auteur et artiste Leonard Cohen s’est éteint à l’âge de 82 ans (VIDEOS)

Né le 21 septembre 1934 à Montréal, Leonard Cohen, le grand poète de la chanson, est décédé à l'âge de 82 ans. Son entourage l'a annoncé sur la page Facebook : « Nous avons perdu un des visionnaires les plus adulés et prolifiques. »

Sans préciser les causes de son décès, il y est noté aussi qu'une cérémonie en son honneur se tiendra à Los Angeles dans les prochains jours.

Le chanteur souffrait depuis quelques années de problèmes physiques. Il avait subi de multiples fractures à la colonne vertébrale et alternait ces derniers mois les moments de découragement et d'espoir, marqué par la disparition en juillet de sa muse Marianne Ihlen, rendue célèbre par « So Long, Marianne », titre qui illustrait déjà en 1967 son mal être et le dépit sentimental.

Le 13 octobre dernier, c'est dans la résidence officielle canadienne de Los Angeles que l'artiste s'était exprimé à l'occasion de la sortie de son dernier album, plus crépusculaire que jamais, « You Want It Darker », avec des textes bouleversants, qui traitaient encore plus qu'à l'accoutumée de mortalité. Il ne s'en inquiétait pas mais « redoutait les préliminaires de la mort », affirmant toutefois vouloir « vivre éternellement ». Si l'homme apparaissait frêle et fragile, jamais sa voix n'avait été aussi grave et profonde.

« Elle occupe énormément de place dans le mix », expliquait alors son fils Adam, 44 ans, collaborateur privilégié pour ce somptueux disque, qui renouait avec le son organique de ses albums historiques.

The New Yorker lui consacrait récemment un long article, avec un vibrant hommage de Bob Dylan, en personne. Interrogé à son tour au sujet du prix Nobel de littérature accordé à ce vieil ami, le Canadien évoquait une évidence.

Leonard Cohen chante régulièrement l'amour, la passion, la religion, ou encore la solitude. Mais il a consacré ses années étudiantes à la poésie, publiant quelques recueils avant de se risquer au style romancier. Son talent, trop confidentiel, était néanmoins loin de lui procurer l'argent nécessaire. Il va donc choisir de mettre ses textes en musique et, une fois à New York, démarre avec succès sa carrière d'auteur-compositeur. Son premier album sortira dans la foulée et il fera sa première apparition sur scène le 30 avril 1967.

Avec plus de 20 opus à son actif, Cohen a influencé de nombreux artistes. Son titre « Hallelujah » a été repris plus d'une centaine de fois, par Jeff Buckley notamment. Et en 1994, il se retire dans un monastère bouddhiste, où il sera ordonné moine zen. Il retrouvera la scène en 2008 pour une tournée mondiale.

Jeudi soir, plusieurs dizaines de fans se sont rassemblés spontanément pour lui rendre hommage devant sa maison à Montréal.

« Tu nous manqueras », a écrit le premier ministre canadien Justin Trudeau en exprimant sa « profonde tristesse » : « Leonard, les sentiments et les sons qui émanaient de ta poésie et de ta musique n'étaient comme ceux de nul autre artiste mais ils ont transcendé les générations. Le Canada et le monde pleurent ton départ. »

Anne V. Besnard

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.