Les ministres de l’éducation vont se pencher sur la violence homophobe et transphobe à l’école

 

A l’occasion de l’événement #OutInTheOpen qui se tiendra à l'UNESCO, Paris, les 17-18 mai 2016, les ministres du monde entier devraient publier un appel à l’action pour affirmer leur engagement en faveur du droit à une éducation de qualité pour chaque élève, indépendamment de son orientation sexuelle ou de son identité/expression sexuelle.

La prévention et les réponses apportées relèvent du mandat de l’UNESCO qui vise à garantir un environnement sûr et inclusif pour tous. Elles participent également de la contribution de l’UNESCO à la réalisation de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

La réunion interministérielle internationale sera ainsi l’occasion de lancer le premier Rapport mondial des Nations Unies sur le sujet, intitulé « Au Grand Jour - Réponses du secteur de l’éducation à la violence fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité ou l’expression de genre », selon lequel : jusqu’à 85% des étudiants LGBT sont confrontés à la violence à l’école dans certains pays, notamment au harcèlement, alors que d’autres élèves perçus comme non conformes aux critères de genre sont aussi pris pour cibles.

Le Rapport propose des mesures permettant de garantir le droit à la qualité de l’éducation à chaque élève. En mettant en place des réponses globales telle que des politiques effectives, des programmes et des ressources pédagogiques pertinents, une formation des personnels, un soutien aux élèves, aux familles et aux communautés, les secteurs de l’éducation peuvent en effet agir.

Cette violence - qui inclut le harcèlement - a un impact négatif significatif et durable sur la vie des élèves. Les recherches font apparaître qu'ils se sentent souvent en danger à l'école, s’excluent des activités scolaires, ne vont pas en cours ou abandonnent leurs études. Ils sont exposés à un risque accru d’anxiété, de dépression, d’auto-mutilation, voire de suicide.

Le secteur de l’éducation joue ici un rôle essentiel. Par la mise en place d’une approche globale reposant sur des politiques efficaces, des programmes d’enseignement et des matériels pédagogiques pertinents, une formation et un appui au personnel et un soutien aux élèves, aux familles et aux communautés, le secteur de l’éducation est en mesure de réagir et même de prévenir cette violence.

Durant la première journée, des tables rondes thématiques traiteront des éléments de réponses complètes du secteur de l’éducation, notamment en matière de prévention, d’interventions efficaces, d’approches culturellement sensibles et de besoins spécifiques des élèves transgenres.

Lors de la table ronde ministérielle de l'après-midi, les Ministres de quatre régions différentes seront invités à présenter des exemples de pratiques prometteuses et de défis dans leurs pays.

Le deuxième jour portera sur les données et tendances émergentes en matière de violence homophobe et transphobe en milieu éducatif dans des pays et des régions comme l'Afrique australe, l'Amérique latine et les Caraïbes, la Chine, le Japon et le Cambodge.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.