Mariage pour tous et “Boutin-phobie” : Christine se sent persécutée et en appelle à la Ministre des droits de la femme

Un intitulé un peu tendancieux mais tout à fait véridique, si l'on en croit les propos de la présidente du Parti chrétien-démocrate, qui ne décolère pas sur le propos du "mariage homo".

Invitée politique de la matinale de Canal+ ce mardi matin, Christine Boutin s'est dit évidemment et toujours "excessivement choquée" par l'attitude du gouvernement qui reste "sourd" aux arguments des opposants jusqu'à parler d'un "clivage" de la société française qui ne prévoit rien de très bon augure selon son expérience.

Ce qui est assez original, c'est que Madame Boutin nous explique que tout le projet est une perte de temps par rapport aux urgences du pays, en demandant pourtant que le débat soit porté par un référendum. Les derniers sondages laissent entrevoir un "oui" majoritaire bien malgré la guerre des chiffres dans la rue, et n'est-ce pas le rôle de l'assemblée que de parer aux manquements des lois? Parce que c'est la loi. Tous égaux en dignité et en droits, parce qu'il s'agit de "mariage civil" et non plus "religieux" qui pourrait laisser croire à un choix.

Pourquoi donc envisager alors de s'exprimer si le propos et son regard restent inchangés? Confondus sous de faux sourires gelés, c'est un discours très franchement "homophobe" qui se précise. Encore une occasion ratée de se taire !Surtout lorsqu'elle incrimine ensuite, Madame Trierweiler "première Dame de France", petite vanne sous-jacente qu'elle s'est efforcée de placer, déplorant ainsi sa présence à cette fameuse soirée, au théâtre du Rond-Point ("cet espèce de n'importe quoi..."), organisée en faveur du projet de loi par Pierre Bergé, défenseur également de la gestation pour autrui.

Christine Boutin nous a d'ailleurs rappelé que ce dernier avait fait une dérive dans le choix de ses mots en parlant de la GPA, comme de "louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine". Mais de là à déblatérer ou estimer sur "la place" de la compagne de notre président que de côtoyer "ces gens-là", c'est une dérive que Madame Trierweiler, nous l'espérons, saura relever ! Pourquoi donc s'étonner ensuite et crier à l'acharnement envers et à son endroit, lorsque Madame Boutin, ex-député, s'autorise à stigmatiser une partie de l'électorat français, en instituant par son influence un climat de "haine"? Le gouvernement a choisi son camp? Madame Najat Vallaud-Belkacem est en lutte contre la violence sur le net mais ne répond pas à vos appels? Sans doute. Mais on ne peut pas lutter sur tous les fronts, et en prêchant avec autant d'intolérance, on ne récolte que du vent !

On vous laisse apprécier l'entretien, vous risquez d'avoir des secousses.
Terry G.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.