Quand un djihadiste néo-zélandais tweete par erreur toutes ses localisations en Syrie

Mark John Taylor aka Mohamed Daniel aka Abu Abdul Rahman aka Kiwi Jihadi, sur Twitter, maîtrise apparemment mieux l’art du pseudo que les réglages de son smartphone. Pendant plusieurs semaines, raconte le site Ibrabo, spécialisé dans le suivi des terroristes sur les réseaux sociaux, ce djihadiste néo-zélandais a publié des tweets en omettant de désactiver la géolocalisation. Résultat: les internautes et les services secrets ont pu suivre ses mouvements en Syrie.

Il aura fallu 45 messages à Taylor pour s’apercevoir de son erreur et effacer ses publications. Entre-temps, Ibrabo a malheureusement pour lui réussi à faire des captures d’écran et à reconstituer son itinéraire, de Kafar Roma, dans l’ouest de la Syrie, à Al Tabqah, un des bastions de Daesh dans le pays de Bachar al-Assad. Le site a même localisé une maison où Taylor a passé une semaine début décembre. «Son ignorance et l'ignorance d'autres combattants ont été un avantage pour les agences de renseignement du monde entier […] qui suivent les progrès de l'Etat islamique», se réjouit Ibrabo, qui pointe une autre erreur de Taylor.
Une autre erreur à son actif

En examinant sa photo de profil, les contributeurs du site se sont en effet aperçus que Taylor «outait» un autre soldat de Daesh, dont on aperçoit assez distinctement le visage. «Compte tenu de son besoin d’attention, je suis sûr que ce n’est pas la dernière fois qu’on entend parler de Kiwi Jihadi, ironise l’auteur de l’article. Avec de la chance, il n’arrivera pas à lire le manuel de son prochain téléphone!»

Ce n’était pas non plus première fois que Mark John Taylor faisait parler de lui. Repéré il y a quelques années par l’Australie pour sa pratique radicale de l’islam, il avait notamment vu son nom apparaître dans les médias au moment de l’affaire WikiLeaks, en 2001, pour un voyage au Pakistan en 2009. Débarqué en Syrie il y a quelques mois, en juin semble-t-il, il avait brûlé son passeport néo-zélandais au bout de quelques semaines, avant de réclamer un nouveau document à son pays d’origine en octobre pour pouvoir rentrer. Refusé. Dans un récent message, il avait finalement indiqué rester pour de bon aux côtés des djihadistes de Daesh.

20minutes.fr

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.