Homosexuels, hippies, dissidents… Quand Cuba se « purifiait » de ses « déchets »

Depuis une vingtaine d'années, les historiens, sociologues, journalistes et chercheurs de tous bords analysent avec un esprit beaucoup plus critique la révolution cubaine et le rôle parfois criminel qu'ont joué Fidel Castro et son célèbre compagnon Ernesto « Che » Guevara. Le film Mauvaise Conduite des réalisateurs espagnol Nestor Almendros et cubain Orlando Jiménez-Les en 1983, ainsi que la publication du Livre noir du communisme (1) en 1997 révèlent l'existence de camps d'internement à Cuba et achèvent d'enterrer la légende dorée qui colle au Commandante. Plus récemment, l'adaptation au cinéma du livre de Reinaldo Arenas Avant la nuit, par Julian Shnabel en 2000, montre la violente répression et l'enfermement des homosexuels. Comme si le régime n'avait pas cherché à simplement réprimer ceux qui le contestaient, mais avait cherché à « purifier » la société de ses « déviants ».

Et ce, dès le début. En janvier 1959, le régime de Batista est renversé par le mouvement du 26 juillet, mené par Fidel Castro et Ernesto Guevara. Les leaders de la révolution cubaine – débutée de façon épisodique à partir de 1953 – défilent dans la capitale le 8 janvier 1959. Dès leur arrivée au pouvoir, les premiers camps d'internement font leur apparition. La répression dans les camps n'est en rien une « dérive » de la révolution, mais fait partie intégrante du projet révolutionnaire cubain.

Contre la prostitution et l'homosexualité

Selon Vincent Bloch, sociologue et chercheur à l'EHESS, l'idéologie qui accompagne la révolution cubaine est un condensé de plusieurs influences, qui vont favoriser l'émergence de ces camps. Tout d'abord, le régime castriste repose sur un système juridique hybride : il est certes le fruit d'une certaine continuité (le Code de défense sociale de 1936 est maintenu, tout comme la Constitution de 1940), mais il est marqué par de nouveaux décrets ministériels instaurant des exceptions, ainsi que des « règlements » mis en place par la guérilla en Sierra Leone en 1958. Conséquence, sur le plan juridique, « on ne sort jamais tout à fait de l'État de droit », souligne Vincent Bloch, « on est plutôt dans un entre-deux légal » qui permet l'émergence de ces camps de rééducation dans le cadre d'un régime qui, en apparence, ne s'oppose pas aux droits de l'homme.

En outre, l'idéologie révolutionnaire cubaine, qui se base sur une transformation volontariste de la société, rassemble plusieurs courants issus d'horizons historiques variés : l'hygiénisme, la pensée positiviste, et un projet de rééducation des masses. De ce mélange de pensées émerge une volonté qui domine toutes les autres : celle de « réguler la société ». Dès l'arrivée au pouvoir de Fidel Castro, des campagnes de persécutions sont lancées pour « assainir » les mœurs. Au début des années 1960, les prostituées et les homosexuels sont massivement arrêtés, notamment lors de la « nuit des 3 P » (pour « proxénètes », « prostitués » et « pédérastes ») en 1962. L'université de La Havane organise également des purges homophobes dans son personnel enseignant.

Punir les « crimes contre la morale révolutionnaire »

À partir de 1959 et au début des années 1960, des structures émergent de façon très désordonnée, par exemple des fermes agricoles fermées. Les premiers camps de travaux forcés sont ouverts dans la péninsule de Guanaha (située à l'extrême ouest de Cuba).

Le rôle du Che dans la construction et la mise en marche de ces camps demeure flou. Selon Vincent Bloch, spécialiste de la révolution cubaine, « aucune archive n'est venue jusqu'à présent confirmer cette information », alors que pour le journaliste Serge Raffy, qui a consacré un épais ouvrage à Fidel Castro et la révolution cubaine, le Che est directement à l'origine de l'ouverture de ces camps de réhabilitation, destinés à faire de ces opposants à la révolution « des hommes neufs » (2). Régis Debray impute également à Che Guevara l'ouverture des premiers camps de travaux forcés (3). Ces structures appelées les « Guanahacahibes » (1960-1961) sont destinées aux ouvriers responsables de « crimes contre la morale révolutionnaire », afin de se racheter une conduite.

La nécessité de retrouver une pureté idéologique obsède le Che. D'ailleurs, la création de ces camps de travail est concomitante avec celle de milices, de comités de quartier, d'une police politique, etc. S'il n'est pas certain aujourd'hui que le Che a théorisé le fonctionnement de ces structures d'internement, il est incontestable qu'il participe largement, par son autorité charismatique et son statut au sein de la révolution cubaine, à la diffusion de l'idée de régénération par le combat et le travail. Il s'agit, selon lui, d'une entreprise de « recyclage des déchets de la société », explique Vincent Bloch.

« Le travail fera de vous des hommes »

En 1963, Fidel Castro prononce un discours au cours duquel il utilise pour la première fois l'expression « Unités militaires d'aide à la production » (Umap). C'est en 1964 que s'ouvrent les premiers Umap, appellation officielle qui déguise l'installation de véritables camps d'internement et de travail forcé. Toutes sortes d'ennemis de la révolution cubaine y sont enfermés de force. Vincent Bloch, qui est également l'auteur de Cuba, un univers totalitaire (4), écrit : « Au nom d'une moralité confuse et incertaine, les hippies, les homosexuels, les témoins de Jéhovah, les artistes idéologiquement diversionnistes sont envoyés dans les Umap ». Une colossale entreprise de propagande est organisée autour des Umap, présentées comme une organisation parfaite de la société.

Purifier la société se traduit également par une entreprise de « re-virilisation » de celle-ci. Par exemple, dans les rues de Cuba et a fortiori dans ces camps, « la police coupe les cheveux longs des garçons qui osent se montrer en public » (5). À l'entrée de ces Umap, une pancarte indique : « Le travail fera de vous des hommes ». Pour le régime, ce qui menace d'affaiblir la révolution, ce sont autant les bourgeois que les hommes « faibles », féminins : les homosexuels, les antimilitaristes (trop fragiles pour tuer au nom de la révolution) et les hippies. Il faut, afin de servir la révolution, rééduquer ces hommes qui pouvaient ressortir de ces camps au bout d'un an en cas de « bonne conduite ».

La responsabilité du régime castriste

Selon Martha Frayde, médecin et ancienne dissidente au régime cubain, ces structures constituent de véritables « camps de concentration », entourés de barbelés, où les hommes pouvaient travailler jusqu'à 12 heures par jour, dormaient entassés dans des hangars, et où les homosexuels, les criminels, les handicapés mentaux, les dissidents politiques et les religieux étaient mêlés. Si les conditions de vie varient fortement selon les camps, les cas de torture, d'exécution, de suicides et d'affamement sont incontestables. Selon Roberto Ampuero, ancien prisonnier des Umap et auteur de l'ouvrage Quand nous étions révolutionnaires, les viols étaient également pratique courante.

Malgré les difficultés des historiens, confrontés à l'absence totale d'archives administratives, à dresser un bilan chiffré précis, les dernières estimations font état de 25 000 à 30 000 prisonniers dans les Umap et de centaines de morts. À partir de la fin de l'année 1967 et du début de l'année 1968, les Umap ferment progressivement. Dans un entretien accordé n 2010 au quotidien mexicain La Jornada, Fidel Castro a reconnu devoir « assumer la responsabilité » de ces exactions.

Anna Breteau

(1) Stéphane Courtois (dir.), "Le Livre noir du communisme", Robert Laffon, 1997.

(2) Serge Raffy, "Castro l'infidèle", Fayard, 2003, p.466.

(3) "Loués soient nos seigneurs", Gallimard, 1996, p.85.

(4) Vincent Bloch, "Cuba, un régime totalitaire", L'âge d'Homme, Paris, 2006.

(5) Vincent Bloch & Philippe Létrilliart (dir.) "Cuba, un régime au quotidien", Choiseul, Paris, 2011, 224 pages, p.108.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.