Le chanteur russe Zelimkhan Bakaev « torturé à mort » par les autorités tchétchènes, qui le soupçonnaient d’homosexualité

Il était porté disparu depuis son arrivé à Grozny, où il devait assisté au mariage de sa soeur, le 8 aout dernier. Ses comptes sur les réseaux sociaux ont été supprimés, notamment sur Instagram, à l'exception d'un profil Twitter, inactif depuis sa disparition. Selon des sources proches du Réseau LGBT russe, le jeune homme de 26 ans aurait été victime de la « purge » visant les LGBT en Tchétchénie.

« Nous avions reçu fin août des infos confirmant nos craintes », a expliqué en début de semaine, Igor Kochetkov, militant pour les droits de l'Homme et fondateur du Russian LGBT Network. Présumé homosexuel, Zelimkhan aurait été assassiné par les autorités tchétchènes. Il avait déjà été plusieurs fois menacé, lors de ses visites précédentes. « Il a été enlevé et torturé pendant des heures », selon des activistes de la région, relayés par les sites Newnownext et Back2stonewall. Il est mort dix heures après avoir été arrêté.

Ce 16 octobre, Maxime Lapounov, militant homosexuel russe, qui vivait et travaillait en Tchétchénie depuis 2015, s'est également exprimé sur les violences perpétrées par la police. Il affirme avoir été détenu et battu pendant plusieurs jours, avant d'être libéré le 28 mars. Il a porté plainte. C'est la première fois qu'une victime témoigne publiquement, à visage découvert.

« L'accusation principale contre moi était d'être homosexuel », a expliqué le jeune homme. « Toutes les 10 ou 15 minutes, les policiers venaient dans ma cellule en me disant que j'étais gay et qu'il fallait tuer des gens comme moi ! » Il entendait aussi quotidiennement « les cris et les demandes de grâce » des autres détenus.

Son avocat, Vladimir Smirnov, a précisé qu'il était en mesure de reconnaître le commissariat où il avait été retenu et qu'il connaissait les noms ou surnoms d'environ une douzaine de policiers impliqués.

Rappelons que STOP homophobie, le Comité Idaho France et Mousse ont déposé plainte, ce 16 mais, contre le président de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov devant la Cour pénale internationale (CPI) pour « génocide ».

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de poursuivre au mieux nos actions. Faites un don, adhérez aux associations, nous avons besoin de tou·te·s.

Terrence Katchadourian
stophomophobie.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.